Benoît Van Innis - Instant Light

508039

11/02/2021 - 04/04/2021

The content is NOT available in English. Therefore we show you this content in another language.

Instant Light
C’est dans ses ateliers bruxellois que Benoît entend parler du mot « lockdown » pour la première fois en mars dernier. Instinctivement, il réalise un premier dessin qu’il partage à son entourage via les réseaux sociaux. Il recommence le lendemain. Et ainsi de suite les semaines qui suivent.

Instant Light est une collection de 96 dessins uniques qui évoquent le ressenti de Benoît d’une période sans précédent. Les dessins d’une simplicité trompeuse semblent éclairer instantanément cette page noire. Ils ont constitué pour leurs destinataires un moment de répit et d’évasion durant cette période si particulière. Chaque jour, un dessin humoristique pour échapper à la monotonie de l’actualité anxiogène.

Dieu :
Benoît propose en exclusivité une série sobrement intitulée « Dieu ». L’histoire de deux personnages réunis autour d’une table. Parfois ça boit, parfois ça fume, toujours ça discute. Les situations présentes dans les 18 dessins (réalisés de 2018 à nos jours) se marient également bien avec les moments de privation que nous avons vécu et les discussions infinies pour passer le temps.

L’artiste :
Benoît Van Innis (Brugge, 1960) étudie la peinture avec Dan Van Severen à Sint-Lucas Gand. Très vite, il publie ses premiers dessins dans De Morgen et De Standaard. Dans les années 1990, il collaborera également avec le prestigieux magazine The New Yorker pour lequel il créera pas moins de 35 dessins de couverture.

De par ses contacts avec plusieurs architectes, il est souvent mandaté pour réaliser des œuvres dans les lieux privés et publics. Sa plus connue, la station Maalbeek à Bruxelles en 1999 dans laquelle il redécore les murs avec de grands visages peints sur des carreaux portugais.

Practical information