Poseidon

Tout commence le 28 octobre 1978, lorsqu’Athanasios Petropoulos et Dimitra Papadopoulos ouvrent leur restaurant à Schaerbeek, au coin de la chaussée de Louvain et de la rue Victor Hugo. Le couple, qui a exploité auparavant un café dans la chaussée d’Anvers, le « 5 F », fait partie de cette communauté arrivée en Belgique pour collaborer à l’exploitation minière dans le Limbourg. Athanasios lui-même était venu chez nous au départ pour acheter une moto et ne nous a plus jamais quittés…
Rapidement, par la qualité des produits qu’ils proposent et la sympathie qu’ils suscitent, Athanasios et Dimitra font la conquête d’une clientèle aussi fidèle que nombreuse.

C’est l’époque où, souvent après des vacances de bonheur, les Belges aiment retrouver de manière informelle une cuisine généreuse et abordable servie dans un contexte parfois un peu folklorique mais qui fait rêver d’assiettes cassées et de sirtaki… Tout Bruxelles défile dans les murs du Poséidon pour passer des soirées aussi empreintes de bonne humeur que de plaisir.

Toutefois, les années passent et, près de quarante ans plus tard, le couple aspire à un repos bien mérité. Mais se pose la question de savoir ce que leur restaurant va devenir. C’est alors que leur fille décide de reprendre les rênes. Elle sait bien que l’attente de la clientèle a évolué. C’est ainsi qu’elle décide de moderniser autant le décor, basé sur le style des belles brasseries contemporaines, que la carte, tout en gardant les grands classiques qui ont fait la réputation de la maison. Au fourneau, elle place un jeune chef athénien qui a fait ses armes dans les meilleures maisons grecques, mais ouvre également le répertoire gourmand de la maison à des spécialités plus franco-belge afin de rencontrer les attentes de clients parfois moins amateurs d’exotisme.

C’est ainsi que le Poséidon, entièrement modernisé sans renier son âme, rentre résolument dans l’histoire de la gastronomie bruxelloise contemporaine.

Book your table now

Practical information