Ruine

498194

06/02/2021 - 07/02/2021

Ruine Ruine Ruine

Este contenido no está disponible en Español. Por este motivo, el contenido se muestra en otro idioma.

Montaigne said that the greatest thing in the world is to know how to belong to oneself. Alternating between randomised games and a series of self-fictions, RUINE (Ruins) is a series of scenes that shows us what ‘belong to oneself’ means when you’re French, but your body and name are Korean. How do you inhabit the ruins that where handed to you when you were born? How can it be an easy thing to do when racism is everywhere, your father is violent, and you have to slalom between the traps of the game of appearance?

Acrobatics and storytelling open the door to a new world that looks like a mine field.

RUINE, c’est spectaculaire et intime, métaphorique et concret, un très bel autoportrait scénique [...]  France Culture

RUINE [...] sorte de Fort Boyard dadaïste où, stricto sensu, l’homme scie la branche sur laquelle il est juché ; va au paroxysme de la résistance physique en enlevant un à un les blocs de ciment où il se maintient en équilibre précaire sur les mains ; ou, muni d’un arc, décoche des flèches dans une cible douée de parole qui, à chaque impact, lui répond («Démerde-toi», «Change de peau quand ça ne te va plus…»).  Gilles Renault, Libération

Erwan Ha Kyoon Larcher emmène ainsi le spectateur dans une traversée des disciplines plutôt planante et plaisante. Amusante même parfois. Déroutante et pleine d’auto-dérision. Qui ouvre des sens sans jamais les fixer. Un puzzle d’aujourd’hui, aux accents d’autofiction, un brin désespéré.  Eric Demey, La Terrasse

Información práctica