Blake & Mortimer, 75 ans d’aventures !

Blake & Mortimer, 75 ans d’aventures !

Les connaisseurs le savent, Bruxelles et son patrimoine ont largement inspiré Edgar P. Jacobs et les repreneurs de la série pour alimenter les aventures de Blake et Mortimer. Et si vous profitiez d’un passage dans les rues de la capitale belge pour suivre les traces de Blake et Mortimer ?  

À l’occasion des 75 ans de la naissance des deux héros, une nouvelle fresque est inaugurée dans les Marolles — rue du Temple exactement —, quartier où a vécu Edgar P. Jacobs. Cette œuvre fait référence à La Marque jaune, un des albums de la série. 

Connaissez-vous les lieux bruxellois qui ont trouvé place dans les pages de la série ? Partons ensemble à leur découverte ! 

  •  

    L’emblème de Bruxelles : l’Atomium 

    Dans l’album Les Sarcophages du 6ème Continent, le capitaine Blake et le professeur Mortimer s’aventurent dans Bruxelles afin d’éviter que l’empereur Açoka ne sabote l’Exposition universelle de 1958. L’Atomium, véritable icône bruxellois et symbole national, est érigé à l’occasion de cette exposition d’envergure. Représentant une maille élémentaire de fer agrandie 165 milliards de fois, il célèbre les progrès technologiques et scientifiques, et en particulier dans le domaine nucléaire. L’Atomium accueille aujourd’hui encore des milliers de visiteurs venus pour admirer le panorama depuis son sommet ou pour visiter l’une des nombreuses expositions organisées chaque année.   


    © 2021 Editions BLAKE & MORTIMER / Studio Jacobs (Dargaud Lombard s.a.)

    Le palais de justice, le Sablon et les Marolles 

    L’incontournable palais de justice de Bruxelles n’a pas échappé aux coups de crayon du dessinateur François Schuiten. Dans Le dernier pharaon, un étrange champ magnétique s’échappe du gigantesque bâtiment, œuvre de Joseph Poelaert, dont toute la majesté transparait dans les dessins de l’album. Dix-sept années ont été nécessaires, entre 1866 et 1883, pour construire ce temple de la justice. Il se trouve sur le Mont des Potences où l’on exécutait les condamnés au Moyen Âge. Son histoire et son importance patrimoniale en font l‘un des bâtiments les plus mythiques de Bruxelles ; n’hésitez donc pas une seconde à le visiter ! 

    Le palais de justice surplombe le quartier des Marolles, LE quartier à fréquenter si vous souhaitez mieux percevoir l’âme véritable de Bruxelles, quartier réputé pour ses habitants frondeurs et son marché aux puces. Par ailleurs, les Marolles se situent à deux pas du quartier du Sablon où Edgar P. Jacobs vécut les premières années de sa vie. 


    © 2021 Editions BLAKE & MORTIMER / Studio Jacobs (Dargaud Lombard s.a.)

    Le Musée Art & Histoire 

    Au cœur du quartier européen, vous pourrez profiter de l’un des plus riches et renommés parmi les musées de la capitale : le Musée Art & Histoire. Un lieu qui vous incite à voyager à travers les continents et les époques. Son incroyable et mystérieuse collection a inspiré de nombreux auteurs de bande dessinée, dont Hergé et Edgar P. Jacobs.  Ce dernier s’est d’ailleurs largement inspiré de l’un des plus importants collaborateurs du musée dans l’album Le Mystère de la Grande Pyramide. En effet, Jean Capart (1877-1947), conservateur du musée et père de l’égyptologie en Belgique, a marqué des générations par sa personnalité et ses achats judicieux de pièces antiques. Celles-ci contribuent, aujourd’hui encore, à la réputation internationale du musée. Le célèbre égyptologue apparait dans l’œuvre en question sous les traits du docteur Grossgrabenstein. Ce même album recèle de clins d’œil à la collection d’antiquités égyptiennes du musée, comme la référence au fragment de relief de la reine Tiyi, à la sculpture la « Dame de Bruxelles », etc. 


    © Musées royaux d’art et d’histoire – Bibliothèque  & © 2021 Editions BLAKE & MORTIMER / Studio Jacobs (Dargaud Lombard s.a.)

    Que voir à Bruxelles, la capitale de la bande dessinée ?  

    Bruxelles est toujours restée fidèle à sa réputation de capitale de la bande dessinée. Outre ses collections permanentes, le célèbre Centre belge de la Bande dessinée ou « musée de la BD » crée chaque année des expositions uniques qui attirent de nombreux visiteurs internationaux. Du mois de septembre 2021 au mois d’avril 2022, l’établissement présente Le Secret des Espadons, une exposition qui met en perspective le premier et le dernier album de la série — à paraitre en novembre : Le Dernier Espadon de Jean Van Hamme, Teun Berserik et Peter van Dongen. Plus globalement, l’exposition porte surtout l’ambition de transmettre au public les clés de compréhension permettant de replacer cette œuvre fondatrice dans son temps, tout en mettant en évidence son étonnante actualité. 

     Autre immanquable de la capitale, le parcours BD compte aujourd’hui plus de 70 fresques monumentales dédiées au neuvième art. Tintin, Thorgal, le Marsupilami, Spirou, les Schtroumpfs et d’autres habillent les façades bruxelloises depuis 1991. Cet itinéraire, qui s’enrichit chaque année, intègre, comme précisé plus haut, une fresque renvoyant à La Marque Jaune

    Enfin, si vous souhaitez humer l’atmosphère et l’époque qui ont été celles d’Edgar P. Jacobs vers le milieu du 20e siècle, nous vous recommandons ces quelques lieux qui ont conservé leur cachet ancien : le Café Greenwich, magnifique taverne,  où Magritte jouait régulièrement aux échecs ; le Cirio, endroit idéal pour boire un half-en-half, car il semble que cette boisson typiquement bruxelloise ait vu le jour dans cet établissement, durant l’entre-deux-guerres ; ou encore le Café Métropole, qui jouxte l’hôtel du même nom et qui jouit d’un passé prestigieux...