ARTUR ZMIJEWSKI Glimpse

452314

12/12/2018 - 15/12/2018

Dans un style évoquant d’anciens films ethnographiques et propagandistes, des hommes et des familles sont filmés de manière directe, sans compromis : sans son, en noir et blanc et en 16 mm. Le réalisateur analyse les circonstances dans lesquelles vivent les migrants dans quatre camps de réfugiés européens, notamment la « jungle » de Calais. On y voit des tentes et des huttes précaires, des intérieurs remplis de couvertures et d’aliments glanés çà et là (lait, sucre, farine), la saleté de l’environnement… La vie humaine y est ramenée, de manière radicale, à sa forme la plus vulgaire et la plus primitive.

Certaines actions et des gestes performatifs sont mis en scène, par exemple le « don » de chaussures et de manteaux ou le moment où le visage d’un homme noir est peint en blanc. Żmijewski recourt consciemment à l’esthétique des films de propagande des années 30, 40 et 50 pour montrer, le plus douloureusement possible, la manière dont nous mettons en images les migrants — « les autres » — et donc dont nous les traitons (images en noir et blanc, photos semi-amateurs, contrastes élevés). À travers la dureté de cette confrontation à la pauvreté et au désespoir que l’on préférerait ne pas voir, Żmijewski va toujours plus loin dans le jeu entre l’acceptable et l’inacceptable.



 

PL/DE, 2017, 14’, muet, commence toutes les 15’.

Infos pratiques