Humeurs contestataires

431659

26/04/2018 - 06/10/2018

Le paradoxe des « toilettes publiques » tient dans les deux mots qui les désignent : elles sont à la fois un espace intime, à l'abri des regards, où l'on est seul avec soi-même, mais elles sont aussi un lieu partagé et très fréquenté. On y laisse en théorie aucune trace mais depuis la nuit des temps, certains ressentent un besoin pressant d'y exprimer leurs (propres) états d'âme, d’y croquer un dessin suggestif ou scatologique, la libération sexuelle n'ayant pas mis fin à la pudeur qui entoure nos humeurs corporelles... Les petits coins sont l’un des rares espaces publics qui échappent à la surveillance généralisée, il est donc possible de s’y exprimer anonymement sans censure et sans risque.

Le Musée des égouts propose une campagne de récolte photos, suivie d’une installation physique et virtuelle des différentes formes de graffitis exprimées dans les toilettes. La campagne de communication invitera le public à contribuer à la collecte de photos des mots ou dessins qui les interpellent, les choquent ou les émeuvent dans les toilettes des bars et autres lieux publics.

Infos pratiques