It's going to get worse and worse and worse, my friend

10/01/2018 - 11/01/2018

Un discours peut être une arme puissante. À travers les siècles, il a galvanisé et poussé à l’action d’innombrables foules, à bon comme à mauvais escient. Porté par la force incommensurable des mots, le discours a déclenché des révolutions et alimenté des guerres.

Mais un discours ne touche pas seulement ses auditeurs, il plonge également l’orateur dans un état d’exaltation. Il n’est pas rare que celui-ci se perde dans un flot de paroles extatique et dans l’ivresse qu’elles suscitent.

Dans It’s going to get worse and worse and worse, my friend, Lisbeth Gruwez donne corps à l’archétype du grand orateur. Plutôt que de se focaliser sur le contenu de ses mots envoûtants, elle déconstruit l’extase passionnée dans laquelle il est immergé. Le spectacle était par ailleurs le point de départ du « triptyque du corps extatique », une trilogie qu’elle a complétée par AH/HA (2014) et We’re pretty fuckin' far from okay (2016).

Pour le paysage sonore auquel Gruwez vise dans sa recherche, l’artiste sonore Maarten Van Cauwenberghe a déconstruit un discours de Jimmy Swaggart, un télévangéliste fervent qui exhorte son public à ne pas se livrer à toutes sortes de tentations de ce monde.

C’est avec les paroles inquiétantes de ce prédicateur que Lisbeth Gruwez et Maarten Van Cauwenberghe (qui forment ensemble la compagnie Voetvolk) ont assis leur solide réputation. It’s going to get worse and worse and worse, my friend a été sélectionné pour le TheaterFestival 2012 et tourne encore en Belgique et à l’étranger. Entre-temps, c’est une des productions théâtrales belges les plus jouées à ce jour.

Infos pratiques