Le corps spirituel, le corps qui meurt

459984

22/02/2019 - 22/02/2019

Le corps spirituel, le corps qui meurt :: © Sherin Khankan, Lies Willaert, Alana Harris Le corps spirituel, le corps qui meurt :: © Sherin Khankan, Lies Willaert, Alana Harris

Si la vie du croyant est rigoureusement marquée de rites destinés à sanctifier son corps, celui du malade ou du défunt est également l’objet de rites spécifiques. La religion investit ainsi le corps dans la vie comme dans la mort. Qu’est-ce que l’homme peut imposer à son propre corps au nom de la religion ? Quelle est la liberté de l’homme religieux de se faire soigner ? Qu’en est-il de son droit à mourir ? Comment faire coexister des pratiques traditionnelles et/ou religieuses avec des politiques modernes de santé publique ?

SHERIN KHANKAN

Détentrice d’un Master en sociologie des religions et de philosophie de l’Université de Copenhague ainsi qu’en études islamiques de l’Université de Damas, Sherin Khankan, sous son statut d’imam, œuvre dans sa mosquée réservée aux femmes à la construction d’un islam plus moderne et progressiste. Engagée, elle fonde en 2001 le Forum des musulmans critiques, qui propose une interprétation du Coran en adéquation avec nos sociétés actuelles.  

CAROLINE PAUWELS

Caroline Pauwels, aujourd’hui rectrice de la Vrije Universiteit Brussel (VUB), a enseigné les sciences de la communication dans la même université et dirigé le SMIT, Centre de recherche spécialisé dans les médias et les technologies de l’information et de la communication.

ALANA HARRIS

Docteure en histoire, Alana Harris enseigne aujourd’hui l’histoire moderne anglaise au King’s College London. Ses recherches se situent au carrefour de l’histoire du genre et de la sexualité, des « urban studies », et de la religion. Elle s’intéresse particulièrement à l’expérience mystique au travers de rituels sacrés, pèlerinages, reliques, musiques et objets religieux.  

Flagey, Le Soir, RTBF, ULB, VUB

Infos pratiques