Les Femmes savantes

01/03/2018 - 31/03/2018

L’incontournable Molière revient cette fois avec un spectacle qui a déjà connu un très joli succès à l’Atelier Théâtre Jean Vilar et en tournée (plus de 81 représentations et plus de 50 000 spectateurs). Armand Delcampe nous offre une version burlesque, très jubilatoire et très colorée de cette comédie géniale. La presse fut unanime… « Irrésistible » et « d’une efficacité sans faille ! ».

Ah fi ! vous dis-je.

Henriette et Clitandre sont amants mais, pour se marier, ils doivent obtenir le soutien de la famille de la jeune fille. Son père et son oncle sont favorables à l’union, mais sa mère veut lui faire épouser Trissotin, un faux savant aux dents longues, plus intéressé par l’argent que par l’érudition.

Armand Delcampe choisit de plonger dans l’univers des « années folles ». Gérald Watelet signe sa première création de décor et de costumes pour le théâtre. Un défi relevé de manière magistrale par ce grand monsieur qu’on connaît maître d’hôtel, chef, couturier, chroniqueur (Sans Chichis) et présentateur (C’est du belge, Un Gars - un Chef).

Presse

La force de ces Femmes savantes tient avant tout à la qualité des interprètes. Impossible de les citer tous ici mais Pierre Poucet est un Trissotin irrésistible de ridicule et de prétention. Alain Eloy apparaît quelques minutes pour camper un Vadius bondissant et hilarant. Nathalie Willame est une Philaminte dont la candeur face à Trissotin n’a d’égal que sa dureté face à son mari. Et ce dernier est interprété par un Patrick Brüll idéal qui en montre toutes les faiblesses, les lâchetés mais aussi les sentiments vrais avec humour et subtilité. Mais dans le registre de la performance hilarante, Cécile Van Snick l’emporte avec un personnage de vieille foldingue persuadée de tourner la tête de tous les hommes, qu’elle joue avec une énergie et une folie qui rappellent les belles heures de Jacqueline Maillan. Le Soir, 8 août 2011.

Delcampe revient à Molière avec des "Femmes savantes" échevelées. Armand Delcampe a opté pour une mise en scène qui rappelle l’univers du cirque, ce que viennent étayer le décor et les costumes bigarrés et années folles de Gérald Watelet, ainsi que les maquillages et l’interprétation clownesques des "savantes". (…) une distribution unie dans une mise en scène fluide et attentive. La Libre Belgique, 9 août 2011.

La création d’Armand Delcampe a pétillé de toutes ses richesses de dramaturgie et de mise en scène. Que du bonheur pour les yeux et les oreilles ! (…) Un succès partagé par toute la joyeuse distribution, Cécile Van Snick en adorable fofolle savante en tête. Quel plaisir ! L’Avenir - Verviers, 8 août 2011.

Infos pratiques