Long Live The Life That Burns The Chest

498714

27/01/2021 - 29/01/2021

Long Live The Life That Burns The Chest :: © Veljo Poom

Acclamé par la critique et le public, Long live the life that burns the chest revient au Théâtre Les Tanneurs. Un solo kaléidoscopique sensuel et fragile, drôle et troublant, magnifiquement interprété par l’acteur estonien Jarmo Reha.

Le spectacle, construit comme une autofiction, puise ses racines dans cinq pays – Belgique, Estonie, Inde, Japon et Sénégal – et traite de l’identité, de la sexualité, de l’art et de la mort. Comment parle-t-on d’amour ? Comment vit-on sa sexualité ? Quelle place donne-t-on à l’art ? Et à la mort ? De Tokyo à Kaolack, de Pondichéry à Tallinn, le metteur en scène Armel Roussel et Jarmo Reha « ont trimballé leurs incertitudes à la rencontre de jeunes acteurs pour interroger avec eux les tabous, les codes, les diktats, les zones d’ombre ou de liberté qui régissent la place du corps et du sexe dans leur culture » (Le Soir).

« Comme un tableau pointilliste, Long live the life that burns the chest (Que vive la vie qui brûle la poitrine) se construit par petites notes infimes, dévoilements discrets, sourires et pleurs éphémères. Tout tient dans la présence à la fois brûlante et fragile de Jarmo Reha » (Le Soir). D’une voix envoûtante, fragile et puissante à la fois, d’un regard bleu et profond, l’acteur estonien nous ouvre les bras. Il s’expose, se met à nu et entre en dialogue avec les vidéos de Julien Stroïnovsky – témoins des voyages et des moments de partage. Peu à peu, il devient un écran sur lequel se voit projeter sa métamorphose due aux contacts des différentes cultures. Le spectacle dévoile un portrait de l’humanité où différentes routes se rejoignent dans l’incarnation de Jarmo Reha. Il livre aussi l’un des spectacles les plus personnels d’Armel Roussel, tout en pudeur et sincérité. La fiction et la réalité se mélangent sans cesse... Où se termine le théâtre ? Où commence la vie ? Un voyage ludique, sensible et romantique plein d’humanité.

Infos pratiques