Mark Padmore & Simon Lepper

443386

24/09/2018 - 24/09/2018

Mark Padmore & Simon Lepper :: © © Marco Borggreve

« Mon cœur, qu’est-ce qui te presse si fort ? Quelle vie nouvelle et étrangère ? » s’interroge Beethoven dans une lettre de 1810. Le célèbre ténor Mark Padmore, que le public de la Monnaie a dernièrement entendu dans un répertoire anglophone (Britten, Stravinsky), abordera un répertoire de lieder allemands. Il prêtera d’abord sa voix à Beethoven, avec quelques pages d’après Goethe qu’il fera suivre du poignant An die ferne Geliebte. Sous son apparente simplicité et portée par son chant intimiste, cette partition présente une construction et une unité qui la placent au rang des chefs-d’œuvre du répertoire, suscitant notamment l’admiration de Schumann. À la fin de l’année 1840, ce dernier voit son inspiration décliner, crise dont il sort en composant douze lieder d’après Kerner. À l’instar de Beethoven, l’artiste y est en quête d’une force spirituelle apaisante : « Chanson emplissant la poitrine des hommes ! Si tu n’existais pas, qui, en ces temps funestes, emplirait encore le cœur de plaisir ? »

PROGRAMME


Ludwig van Beethoven
Lieder
An die ferne Geliebte (A.I. Jeitteles), op.98 (1816)
Robert Schumann
Zwölf Gedichte von Justinus Kerner. Eine Liederreihe für eine Singstimme mit Pianoforte (“Kerner Lieder”), op.35 (1840)

Infos pratiques