Metamorphoses

508577

13/11/2021 - 24/11/2021

Metamorphoses

Le point de départ du nouveau spectacle de Manuela Infante est une question : comment est produit le concept « d’être humain » dans ces histoires ? Pourquoi la nature est-elle un territoire distinct et pourquoi les femmes sont-elles si facilement expulsées dans cette altérité fabriquée ou cette nature sauvage ? En inventant une altérité et en y attachant les femmes, la notion d’humanité est circonscrite comme un lieu privilégié pour les hommes. Il n’est donc pas étonnant que les groupes d’extrême droite, dite alt-right, vénèrent aujourd’hui ces classiques comme modèles de comportement pour l’homme moderne du XXIe siècle…
Pourtant, travailler avec ces textes est important pour Infante : « Il faut précisément déconstruire ce canon de l’intérieur. Ce type de texte ne comporte pas que des dogmes nuisibles. Leur beauté réside justement dans le fait qu’ils comportent aussi tous les ingrédients pour donner corps au monde de manière très différente. Cela a au contraire tout son sens de s’attaquer à un auteur comme Ovide. »
Infante cherche à savoir comment la frontière qui sépare l’humain du non-humain est fabriquée dans le texte pour l’enfreindre ensuite. Car ces mêmes distinctions ne constituent-elles pas la base argumentaire de gens – des hommes blancs – qui leur permet de catégoriser et donc de coloniser pour exploiter ou s’approprier ? Quelle différence entre coloniser, exploiter et s’approprier des femmes ou des personnes de couleur, des animaux ou la nature ? En vampirisant, en aspirant le sang de ces catégories fabriquées et dépassées, Infante ouvre aujourd’hui des pistes contemporaines pour aborder la littérature ancienne.
La meilleure façon de décrire la nouvelle pièce serait « une production bruitiste » dans laquelle toutes les voix sont traitées en direct. Dans le paysage sonore enchanté ainsi créé, la voix n’est pas l’expression d’une agentivité humaine, mais plutôt un phénomène au-delà de l’humain. Une voix est une chose empruntée au vent qui entremêle humains et non-humains dans des ventriloquies, des refrains et des échos infinis sans jamais appartenir aux uns ou aux autres.
Manuela Infante est une femme de théâtre chilienne de renommée internationale, connue du public du KVS par son précédent spectacle, Estado Vegetal. Elle se penche sur la question du non humain depuis un certain temps déjà. Elle éprouve par ailleurs une fascination pour Ovide qu’elle partage avec Michael De Cock (le directeur artistique du KVS), qui a lui-même réalisé plusieurs adaptations des histoires classiques.

Infos pratiques

  • KVS
    • Quai aux Pierres de Taille 7
    • 1000 Bruxelles
  • Prix
    • Article 27: 1.25 €
    • Normal: 20.0 €
  • Timetable
    13-11-2021 08:30 PM - 10:10 PM
    18-11-2021 08:30 PM - 10:10 PM
    19-11-2021 08:30 PM - 10:10 PM
    20-11-2021 08:30 PM - 10:10 PM
    23-11-2021 07:00 PM - 08:40 PM
    24-11-2021 08:30 PM - 10:10 PM