Mon élue noire & Nitt 100 limites

19/03/2018 - 20/03/2018

Directeur du Centre Chorégraphique National Roubaix Nord-Pas de Calais, Olivier Dubois ne peut répondre à l’appel du Sacre par une seule et unique pièce. Il propose donc une collection de douze Sacre(s) du Printemps, pour en savoir plus sur les fantômes de cette œuvre. Le premier volet Prêt à baiser a été créé en mai 2012 au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

Maurice Béjart avait promis Le Sacre du printemps à son « élue noire », Germaine Acogny. Le projet n’a pu aboutir et c’est aujourd’hui Olivier Dubois qui offre à cette reine de 70 ans le rôle de la jeune fille sacrifiée ; un solo qui puise une nouvelle vision de l’œuvre dans la force et la profondeur des histoires africaines et dans la vie de Germaine Acogny. Pour la première fois de sa carrière, elle est l’interprète d’un autre chorégraphe.

En slip et soutien-gorge noirs, fumant la pipe comme à son habitude, Germaine Acogny est exposée comme un spécimen exotique. Acculée, elle trépigne, court, se ploie. Troquant le noir contre le blanc, elle cède, s’efforce de s’adapter sans parvenir à trouver son identité. Cette couleur blanche, avec laquelle elle était encore disposée à s’exprimer, utilisant les codes du colon devient le symbole de l’échec et de son emprisonnement. Sans ciller, en fixant le public du regard, elle renverse la couleur blanche.
--
Deuxième étape d’un tryptique dédié à la lutte de la femme arabe pour un statut de citoyenne à part entière. Après le ring de boxe où elle affrontait des forces obscures, Oumaïma entame un travail sur soi lié aux limites du corps, de l’espace et du temps. Une quête acharnée pour se défaire des obstacles et entraves imposés par le système. Une lutte vitale drapée dans des filets métalliques haute couture.

Nitt signifie l'humain mais aussi l’éclairage, la lumière. Dit à haute voix 100, cent ou sans se confondent et le pluriel de "Limites " s’efface. Nitt 100 limites est un spectacle à double sens : la quête de la libération du corps qui entraîne la libération de la pensée et du corset des idées figées. Oumaima Manai marche, court, danse, cherchant à fuir, à se libérer et à briser ses chaînes ....

Infos pratiques