Orchestre de Paris

15/03/2018 - 15/03/2018

Pour Bernstein et Karajan, la Neuvième Symphonie de Mahler était l’une des plus belles jamais composées. Écrite par le compositeur quelque temps après la mort de sa fille, elle porte une gravité métaphysique qui la rend redoutable à interpréter. Elle exige une maturité et un sens de la musicalité que Daniel Harding a déjà maintes fois démontrés. À la tête du prestigieux Orchestre de Paris, il dirige également pour la première fois en Belgique le Concerto pour alto et orchestre de Widmann, à qui BOZAR a consacré un portrait la saison dernière.

Infos pratiques