Rita McBride : Explorer

15/09/2017 - 07/01/2018

Rita McBride utilise le langage de la sculpture en empruntant le vocabulaire de l’architecture et du design. Sa pratique transdisciplinaire englobe également des publications collaboratives, des éditions, des performances et des œuvres monumentales dans l’espace public. Dans le sillage des rétrospectives d’artistes à mi-parcours de leur carrière au WIELS, cette exposition – intitulée Explorer [explorateur] – présente de nouvelles productions et des œuvres existantes, dont plusieurs pièces encore jamais exposées en Europe. Avec l’humour et la maîtrise de l’espace qui lui sont propres, McBride a conçu une exposition qui répond aux caractéristiques particulières de l’architecture du WIELS et de sa scénographie actuelle. À la fois férue et critique de l’architecture moderniste et du projet utopique que celle-ci véhicule, l’œuvre de McBride est, comme l’écrit la rédactrice Faye Hirsch, « une critique sans virulence et pleine d’esprit des plaisirs et des aléas de la crise de nerfs du modernisme ».

Occupant tous les étages d’exposition du WIELS, McBride présente une nouvelle œuvre intitulée Guide Rails (2017) qui fonctionne comme un motif récurrent à travers l’exposition. L’installation, qui se compose de 200 mètres de structures autonomes en bois blanc, évoque les rambardes dans les montagnes surplombant Santa Monica à Los Angeles qui menaient autrefois au ranch du célèbre humoriste et cow-boy Will Rogers. La longueur de l’œuvre Guide Rails de McBride correspond à celle des murs blancs de l’architecture d’exposition que WIELS a commandée à l’artiste Richard Venlet pour Le musée absent célébrant ses dix ans d’existence. Ces nouvelles délimitations soulignent la relation vivante et interdépendante entre architectes, artistes, institutions culturelles et politique immobilière.

En dialogue avec cette nouvelle installation, l’exposition présente une sélection d’œuvres de McBride qui révèle de quelle façon la sculpture et l’architecture s’influencent et se jaugent réciproquement. Ces œuvres réintroduisent des formes de notre environnement urbain auxquelles on ne prête souvent plus attention : des tuyaux d’air conditionné, des conduits, des lucarnes, des boîtiers de télécommunication. McBride transforme leurs matériaux caractéristiques ou modifie leur taille afin d’explorer la tension entre fonctionnalisme et formalisme. Les premières œuvres remontent à 1992, les plus récentes datent de cette année, révélant ensemble la cohérence de sa pratique et de sa vision. Elles incluent, parmi d’autres, Glass Conduits (1999-2004), White Elephants (1999-2015), Managers and Minimanagers (2003-2004), et Vents (2010).

Rita McBride (°1960, Des Moines, Iowa, U.S.A.) vit et travaille entre Düsseldorf et Los Angeles.

Infos pratiques