Salam

17/04/2018 - 17/04/2018

Tous les grands récits commencent par une petite histoire, et quasi tous les conflits mondiaux sont la conséquence de désenchantement ou de souffrance. À une époque où les tensions entre le monde occidental et arabe s’accroissent toujours plus, le Noord Nederlands Toneel (NNT), Club Guy & Roni et Asko|Schönberg emmènent le spectateur là où tout a commencé : un père qui ne sait pas comment montrer son amour paternel et deux frères qui vont se déchirer. Le récit d’Abraham.

Le récit d’Abraham et ses fils Isaac et Ismaël est aussi bien relaté dans la Bible que dans le Coran. Ismaël est le premier fils d’Abraham, engendré par une servante, Hagar. Isaac est le premier fils de Sarah, l’épouse d’Abraham. Les frères ont tous deux une aussi grande place dans le cœur d’Abraham. De peur qu’Isaac ne soit pas considéré comme un premier né, Sarah force Abraham à chasser Ismaël et sa mère et à les envoyer dans le désert. Isaac devient un des fondateurs du Judaïsme et du Christianisme, Ismaël l’ancêtre des musulmans.

L’écrivain flamand marocain Fikry El Azzouzi écrit les textes du spectacle Salam. En trois dialogues – entre Isaac et Ismaël, entre Sarah et Hagar et entre Abraham (interprété par Jack Wouterse) et Dieu – le NNT, Club Guy & Roni et Asko|Schönberg ramènent les grands conflits religieux et sociétaux à une histoire humaine autour de l’amour, le regret, la jalousie, le vieillissement, la douleur de l’infertilité et les difficultés de la parentalité. Qui connaît le travail de Guy Weizman sait que cela ne deviendra pas un drame biblique historique. En matière d’ambiance et d’énergie, celui-ci préfère s’inspirer du film From dusk Till Dawn d’après un scénario de Tarantino. Tout comme pour les autres productions, la musique joue un rôle important : cinq jeunes compositeurs écrivent, spécialement pour la pièce, de nouveaux hymnes nationaux, plus appropriés à un nouveau monde plus humain.

Infos pratiques