The School of Speculative Documentary - SYMPOSIUM

449630

25/02/2019 - 25/02/2019

The School of Speculative Documentary - SYMPOSIUM

Comment l’art peut-il repenser le documentaire sur le plan de la teneur, de la forme et de la méthodologie ? Comment s’inspirer du paradoxe qui fait que dès qu’on tente d’approcher la réalité de façon documentaire, elle s’évapore et mute aussitôt ? Comment défaire le documentaire de sa subdivision en disciplines et comment développer des stratégies en dehors d’une réflexion commerciale formatée ? Comment assumer ses responsabilités face à des mécanismes qui définissent ce qui peut ou ne peut pas être perçu, vu, entendu, dit, pensé, réalisé, produit ? Comment les documentaristes abordent-ils leur (propre) position de pouvoir et les points qu’ils préfèrent ignorer ?
The School of Speculative Documentary est un espace de rencontre interdisciplinaire qui interroge le geste documentaire. Des créateurs prennent la parole et parlent d’incertitude et de conjecture pour se réconcilier avec les fossés qui ne peuvent être comblés dans leur œuvre et dans la réalité peu reluisante.
PROGRAMME

10:00-10:30 Ouverture & présentation du manifeste de School of Speculative Documentary.
10:30-17:30 (pause déjeuner 13:00-14:00) Présentations/discussion de & avec :
Eszter Salamon, chorégraphe et danseuse hongroise. Son œuvre examine, entre autres, la notion d’Histoire spéculative.
Ho Rui An, plasticien et écrivain, vit et travaille à Singapour et à Berlin. À la croisée des arts plastiques, du cinéma, de la théorie et du théâtre, il étudie la façon dont l’image et le pouvoir se rapportent l’un à l’autre.
Rosine Mbakam, cinéaste camerounaise, active à Bruxelles. Son œuvre relie les différentes réalités au sein desquelles elle a grandi et travaille à l’heure actuelle.
Helene Kazan, artiste, commissaire d’exposition et auteure. Son œuvre met en lien le droit international, l’architecture et l’expérience humaine de la violence.
Els Dietvorst, plasticienne et cinéaste belge, vit et travaille en Irlande. Son œuvre s’articule autour de la communication, de la coopération et du conflit social.
Arkadi Zaides, chorégraphe, a grandi en Biélorussie et en Israël, vit en France. Ses projets décortiquent les effets physiques de contextes socio-politiques sur le corps humain.
17:30-18:00 L’écrivaine et femme de théâtre néerlandaise Rebekka De Wit revisite le manifeste de l’initiative The School of Speculative Documentary et porte un regard rétrospectif sur la journée.
18:00-19:30 Pause dîner
19:30 Projections : Les deux visages d’une femme bamilékée de Rosine MbakamUne jeune femme qui a émigré en Europe revient dans son pays natal, le Cameroun. Le film montre ses retrouvailles avec sa mère. Elle part en quête des sentiments et récits cachés des femmes de sa communauté, ces femmes qui ont contribué à faire d’elle la femme qu’elle est aujourd’hui, afin de découvrir sa propre histoire.

Infos pratiques