Visions - Matrice Liquide 3D

05/10/2017 - 27/10/2017

L’idée de la MATRICE LIQUIDE 3D est née en 2001, lors d’une visite à Lille, capitale européenne de la culture, de Shiro Takatani, l’un des fondateurs et directeur artistique du collectif japonais Dumb Type, afin de préparer plusieurs projets qui eut lieu trois ans plus tard.

Un de ses projets était un robot fontaine écrivain qui devait délivrer ses messages en laissant choir un chapelet de lettres liquides. Malheureusement, la technologie nécessaire n’existait pas encore et il nous fallut patienter…

L’histoire des arts et des sciences regorge d’exemples où un concept précède de plusieurs années, voire de plusieurs siècles, l’outil ou la machine qui permet de le réaliser ou même simplement de l’attester. Il a fallu par exemple attendre la construction du Grand collisionneur de hadrons pour vérifier, en 2013, l’existence du boson de Higgs pressenti par plusieurs chercheurs dès 1964.

Bien plus modeste qu’un collisionneur, la MATRICE LIQUIDE n’est composée que de 900 électrovalves. Contrôlées chacune par ordinateur, elles forment une grille de 30 filets d'eau de côté.

Une sorte de vidéo "liquide" où les pixels sont remplacés par des gouttes d'une résolution certes très basse (30 pixels/gouttes par 30 pixels/gouttes) mais avec une troisième dimension que lui procure la gravité, une 3D réelle et non virtuelle.

Grâce à cette matrice, Christian Partos devient un sculpteur d’eau et Shiro Takatani, un réalisateur d’animations dont les pixels sont remplacés par des gouttes d’eau qui défient la gravité. Une troisième pièce, créée par Ulf Langheinrich complète le répertoire de la matrice pour cette deuxième édition de Visions.

Infos pratiques