Ancienne demeure abbatiale de Dieleghem

Amputé de son environnement d’origine et de ses dépendances, le palais abbatial de Dieleghem dresse encore avec fierté ses façades d’inspiration classique dessinées par l’architecte Laurent-Benoît Dewez. Érigé à partir de 1775, l’édifice reflète l’environnement luxueux dont pouvaient s’entourer l’abbé et les chanoines qui, à Dieleghem, avaient la charge d’administrer huit paroisses. Très puissante, l’abbaye possédait quantité d’alleux et de bois, parmi lesquels ceux de Dieleghem, du Laerbeek et du Poelbos. Elle y exploitait les filons de grès calcaire avec lequel on construisit notamment la cathédrale Sainte-Gudule, mais aussi le bois dont elle tirait profit. Après la Révolution, en 1797, le domaine fut vendu. Il faudra attendre un siècle pour que l’endroit, racheté en 1898 par le docteur Capart, retrouve un peu de sa superbe. À cette époque, la propriété disposait encore d’un vaste jardin agrémenté d’un étang, d’une roseraie, d’un verger, d’un potager et d’une serre où le praticien cultivait les orchidées. En 1929, le domaine est loti et morcelé et, en 1954, la commune finit par racheter le palais abbatial et ses environs proches. La restauration débutera en 1967 et se poursuivra jusqu’en 1972. À l’intérieur, on rétablit la décoration originale du XVIIIe siècle et on redécouvrit les stucs de style Louis XVI de la salle d’apparat dont les putti avec les attributs des quatre saisons décorant les tympans de porte. Au niveau de la coupole, par contre, des angelots symbolisent les quatre éléments, autant d’allusions à la nature qui formait jadis un délicieux écrin aux bâtiments abbatiaux. (CL 03/02/1953)

Infos pratiques

  • rue Jean Tiebackx 14
    1090 Bruxelles
    • sam. et dim. de 10h 12h et de 13h à 18h
    • B
      Dieleghem