Cimetière du Dieweg

Confrontée à une importante expansion démographique et, en 1866, à une épidémie de choléra, la commune d’Uccle fit aménager le cimetière du Dieweg sur l’un des versants de la vallée de Saint-Job. Couvrant à l’origine une superficie de 71 a, il fut utilisé jusqu’à sa fermeture en 1945. De nos jours, il constitue un véritable musée à ciel ouvert de l’art funéraire, mais aussi un parc minéralisé riche d’une flore et d’une faune tout à fait étonnantes. En effet, le manque d’entretien, à une certaine époque, a favorisé la croissance du chêne pédonculé, de la bourdaine, du sorbier des oiseleurs, de l’érable sycomore ou du chêne sessile. Quant à la campanule raiponce, au géranium des prés ou au séneçon jacobée, ils se sont réapproprié les parcelles herbeuses non fauchées. À l’heure actuelle, près de 202 espèces ont été recensées sur le site qui couvre 3 ha. Ainsi, le sol acide et sableux a été propice au bouleau verruqueux comme à la digitale pourpre tandis que la jacinthe des bois, le sceau de Salomon et la pervenche se sont développés en sous-bois. L’ail des vignes, la corydale jaune ou la sabline ont colonisé des endroits secs. Enfin la présence d’érythrée petite centaurée, de pulicaire dysentérique et d’une sorte de laîche unique en Belgique s’avère exceptionnelle. Autre lecture végétale de ce jardin d’éden, celle effectuée au fil des tombes avec le pavot sculpté dont l’opium évoque le sommeil, le lierre dont le feuillage persistant symbolise l’immortalité ou la rose, transfiguration pétrifiée des gouttes de sang du Christ, rosée céleste de la rédemption… (CL 16/01/1997)


Promenade guidée, samedi à 14h (durée : 2h). Rendez-vous à l’entrée du cimetière. Uniquement en néerlandais. Avec la collaboration de Natuurpunt Brussel.
Promenade « Uccle, plus verte que vous ne le pensez ».

Infos pratiques

  • Dieweg 95
    1180 Bruxelles
    • sam. et dim. de 9h30 à 16h30
    • T
      Dieweg
    • B
      Chênaie