Galeries royales Saint-Hubert

4
Galeries royales Saint-Hubert

Initié par l’architecte Jean-Pierre Cluysenaer, le projet grandiose des Galeries royales prit corps dans les années 1830. Les travaux, commencés en 1846, furent presque terminés pour l’inauguration officielle du 20 juin 1847. Le maître d’œuvre imagina une longue galerie, comme on en trouvait déjà à Paris, mais à laquelle il conféra une majesté architecturale digne des grandes villes d’Europe. Afin de s’adapter aux irrégularités du terrain, la galerie fut légèrement coudée au niveau du portique central. Particulièrement soignées, l’architecture et la décoration s’inspirent de celles des palais italiens du XVIe siècle. La façade donnant sur la rue du Marché-aux-Herbes offre une superposition des ordres toscan, ionique et corinthien, un parti pris que l’on retrouve à l’intérieur. Par contre, l’enduit grisé qui valorise les ornements architecturaux en pierre bleue devient rose à l’intérieur de la galerie. L’ingénieuse verrière sur arcs cintrés autoportants, aux vitres disposées en écailles de poisson, constitue un témoignage exceptionnel d’éclairage zénithal de la seconde moitié du XIXe siècle. Lieu de promenade à la mode, les Galeries royales Saint-Hubert ont, dès le départ, attiré un large public séduit par ses enseignes de luxe, ses élégants cafés et ses lieux de culture. Notons, entre autres le Théâtre royal des Galeries, l’ancien Théâtre du Vaudeville ou la Taverne du Passage, appelée jusqu’en 1892 Café des Arts et lieu de rendez-vous des peintres et des écrivains de l’époque. (CL 19/11/1986)

Infos pratiques

  • rue Marché-aux-Herbes/rue de l’Écuyer
    1000 Bruxelles
    • M
      De Brouckère/Gare Centrale
    • T
      De Brouckère
    • B
      De Brouckère