Musée des Egouts

Au premier abord, on n’y aurait pas pensé… Aller visiter les égouts d’une grande ville ? Mais en y réfléchissant un court instant, on perçoit vite l’intérêt et les apprentissages potentiels ! Cet endroit qu’aujourd’hui on n’imagine pas autrement qu’enfoui… n’a pas toujours existé sous cette forme, loin s’en faut !
C’est au 17e siècle que se met en place à Bruxelles le premier réseau d’égouts ; toutefois celui-ci reste élémentaire et bon nombre de déchets terminent encore leur itinéraire dans le cours d’eau bruxellois, la Senne. Celle-ci charrie détritus et charognes, et déborde régulièrement en temps de pluie, ou s’assèche en été, laissant s’échapper des odeurs peu subtiles…
Un grand plan d’assainissement est exécuté dans la seconde moitié du 19e siècle. On décide de voûter la Senne et d’établir de larges boulevards à la place des ruelles insalubres. Durant l’entre-deux-guerres, une deuxième entreprise de détournement et de voûtement du cours d’eau viendra renforcer l’efficacité des premiers travaux.
Progressivement, le réseau des égouts va se perfectionner et s’agrandir : comptant 45 km en 1847, on dénombre actuellement 350 km de dédales souterrains, qui recueillent conjointement les eaux pluviales et les eaux usées provenant de l’activité humaine.
Ouvert en 1988 pour répondre à une demande croissante, le musée propose à cette époque des visites assurées par le personnel du Service des Egouts lui-même.
Aperçu de ce réseau, explications sur son histoire et le travail des hommes qui l’entretiennent, cycle de l’eau, etc. : ce sont là quelques-unes des thématiques qui vous y attendent ! Notez que l’entrée du musée siège dans un des deux « pavillons d’octroi », bâtiments qui matérialisent la perception de la taxe sur tous les biens entrant dans la Ville au 19e siècle.

Acheter votre Brussels Card

Infos pratiques