Parc Léopold

La convention signée en 1892 entre le bourgmestre Charles Buls et l’industriel Ernest Solvay prévoyait la création d’une véritable cité scientifique sur le site du parc Léopold. De fait, de nombreux bâtiments sortirent de terre et l’espace vert, qui accueillait déjà le Musée d’Histoire naturelle dans l’ancien couvent des Rédemptoristes, en eut quelque peu à souffrir. Cependant, les promeneurs peuvent encore profiter aujourd’hui de la partie basse du parc, toujours agrémentée d’un vaste étang, ultime vestige de la champêtre vallée du Maelbeek. Elle doit son aspect actuel aux plans du paysagiste Louis Fuchs et des architectes Alphonse Balat et Gédéon Bordiau qui conçurent, en 1851, un très beau jardin à l’anglaise au relief vallonné et aux sentes sinueuses. Il allait bientôt être transformé en jardin zoologique comme le rappelle encore l’inscription présente à l’entrée, côté chaussée d’Etterbeek. L’ancien bassin des otaries, qui reçoit les eaux d’un ruisseau primesautier descendant le coteau en zigzaguant, en témoigne encore. Plus de soixante spécimens figurent sur la liste des arbres remarquables de la Région, dont un bel ensemble de cyprès chauves de Louisiane et de marronniers, trois métaséquoias ou trois tétradiums de Daniel. (CL 18/11/1976)

Infos pratiques

  • rue Belliard/chaussée d’Etterbeek
    1000 Bruxelles
    • M
      Maelbeek
    • B
      Parc Léopold