Place des Martyrs

2
Place des Martyrs

Première manifestation de l’architecture néoclassique à Bruxelles, la place des Martyrs était autrefois connue sous le nom de place Saint-Michel, mais aussi comme « Place de la Blanchisserie », car une ancienne rame à sécher les draps occupait alors les lieux. C’est pour honorer la mémoire des victimes tombées lors des manifestations sanglantes de septembre 1830 qu’elle fut rebaptisée. Initié par des promoteurs privés qui souhaitaient créer un ensemble d’habitations architecturalement unifié, le projet est finalement repris par la Ville qui en confie la réalisation, avec l’accord de Charles de Lorraine, gouverneur de nos provinces à cette époque, à l’ingénieur-architecte Claude Fisco. En s’inspirant d’exemples existant déjà à Paris ou à Londres, ce dernier prend Jules-Hardouin Mansart comme modèle et superpose un rez-de-chaussée à bossages à un ordre colossal qui rythme à propos les différents bâtiments, qu’il s’agisse de pilastres ou de colonnes, au niveau des pavillons d’angle. Ces derniers ont d’ailleurs reçu une décoration plus riche pour rompre la succession inhabituellement longue de travées identiques. Ainsi, une balustrade sommitale faite d’entrelacs et ornée de vases, de guirlandes et de bucranes (crânes de bœuf en relief), anime ces avant-corps qui encadrent la rue du Persil et la rue Saint-Michel. Au nord et au sud, deux bâtiments avec fronton centré couvrant sept travées complètent un ensemble sorti de terre entre 1774 et 1776. Quand il fut terminé, les maisons furent mises en vente auprès des particuliers. La nouveauté de ce concept ne séduit pas tout de suite les acquéreurs qui mirent un peu de temps à se manifester.
Au centre de la place, un mémorial attire l’attention des passants. Il s’agit de la crypte des Martyrs, qui commémore les morts de septembre 1830. Conçue comme une galerie couverte de plan carré, elle s’ouvre par des arcades cintrées sur une cour accueillant le monument national, surmonté d’une statue de la Liberté en marbre avec, à ses pieds, le lion Belgique, sculpté par Guillaume Geefs. (CL 10/06/1963 et 16/06/1963)

Infos pratiques

  • 1000 Bruxelles
    • M
      De Brouckère
    • T
      De Brouckère
    • B
      De Brouckère