Ligne du temps

Tour à tour résidence des Ducs du Brabant , capitale espagnole et autrichienne et enfin capitale de l’Etat belge et siège de l’Union européenne, Bruxelles est teintée depuis ses origines de ce mélange de nationalités et de cette ouverture d’esprit. Elle fut dès le départ un témoin privilégié des flux migratoires qui ont participé à construire le Vieux Continent et les valeurs prônées par l’Europe.
 

  • A partir du XVe siècle, Bruxelles a su s’imposer comme résidence principale du Prince, grâce à une politique volontariste et des investissements lourds. Ce succès politique a permis le développement d’une industrie de luxe qui, rapidement, trouve le chemin de l’exportation. Ainsi, cette première dynamique politique et économique permet d’ouvrir Bruxelles sur le monde. 

  • Cette ouverture se perpétue au fil des siècles : les princes régnants qui se marient avec des princesses françaises, allemandes ou anglaises, tandis que l’art s"épanouit avec des artistes originaires de partout.

  • Au XIXe siècle, la Belgique représente le 2e pouvoir industriel au monde. Bruxelles particulièrement jouit d’une position idéale grâce aux croisements des grands axes de transports. Politiquement également, le pays fait partie des pays les plus modernes, et rend sa capitale singulièrement attirante. C’est ainsi que la gauche dissidente, tant politique qu’artistique, et venant de partout, trouve refuge à Bruxelles et y alimente la vie de la société bourgeoise. 

  • A la fin du XIXe siècle, ce mélange d’influences et d’ambitions s’entrechoquent et le XXe siècle accouche d’un mouvement nouveau, depuis lors emblématique de la capitale belge : l’Art Nouveau. 

  • Depuis les années 50, l’histoire industrielle prend le relais pour assurer un vent nouveau de multiculturalisme qui, depuis lors, n’a cessé de croître. Des vagues italiennes et espagnoles,  puis marocaines, turques et autres alimentent ce mélange en s’installant en grande partie dans la capitale. 

  • Parallèlement, l’Union européenne en est à ses prémisses en 1957, et c’est Bruxelles qui est indiquée pour en devenir la capitale. Si son envergure internationale avait déjà fait ses preuves dans le passé, cette nomination la consacre devant toute l’Europe. Les transports ont continué à se développer de manière exponentielle, tant sur le plan ferroviaire (notamment avec les lignes à grande vitesse) que sur le plan de l’aviation. Déjà  Ville-Monde, elle devient la ville de tous les Européens.

  • Bruxelles étant le siège des principales institutions européennes, l’élargissement de l'Union européenne en différentes vagues successives, n’a cessé d’augmenter le caractère international de Bruxelles. L'Union européenne est aujourd'hui composée de 28 États membres, au terme de six élargissements. Les 6 pays fondateurs étaient l’Allemagne, la France, l’Italie, le Luxembourg, la Belgique, les Pays-Bas. Après s’y sont ajoutés: l’Irlande, le Danemark et le Royaume-Uni (en 1973), la Grèce (en 1981), l’Espagne, Portugal (en 1986), l’Autriche, la Finlande et la Suède (en 1995). Un moment important pour l’évolution démographique de Bruxelles, était l’élargissement de l’Union Européenne vers l’Europe de l’Est en 2004, avec la Slovaquie, la Pologne, le Lituanie, la République tchèque, la Lettonie, la Hongrie, l’Estonie, la Slovénie, mais également Chypre et Malte. Puis en 2007 encore la Bulgarie et la Roumanie et en 2013 la Croatie. Vingt-huit pays bien représentés dans la société bruxelloise.

  • Le fait que Bruxelles est également le siège de l’OTAN renforce encore ce caractère international. Au total plus de 120.000 personnes y travaillent dans le contexte des organisations internationales: 
    En tant que Capitale de l’Union européenne :

    • La commission européenne : 27.000 employés
    • Le Parlement européen : 6.700 employés
    • Le Conseil des Ministres : 3.000 employés
    • Les Services Extérieurs : 4.000 employés
    • Le Comité des Régions/EESC : 1.300 employés

    Et puis encore :

    • 15 à 20.000 lobbyistes
    • 1.400 journalistes/presse
    • 300 représentations régionales
    • 5.300 diplomates
    • 4.000 employés à l’OTAN
    • 2.500 employés dans d’autres agences régionales
    • Plus de 2.000 compagnies internationales
    • 150 bureaux d’avocats.

    Ce mélange unique a façonné, petit à petit, la marque de fabrique de Bruxelles.

    Par son histoire et son emplacement géographique, Bruxelles a donc rapidement endossé le rôle de carrefour du monde, qui aujourd’hui encore, fait d’elle un point de rencontre essentiel où se concentre un échantillon de presque tous les pays du monde.