MIXITY Walk : Anderlecht Centre

Autrefois petite chapelle du Moyen âge perchée sur une colline, Anderlecht s’est déployée autour de la majestueuse collégiale saint Guidon lors du développement industriel du XIXème siècle. Avec son patrimoine culturel remarquable, Anderlecht est aujourd’hui l’une des communes les plus dynamiques de Bruxelles.

SAINT-GUIDON

À Anderlecht, il semble que tout a tourné pendant des siècles, au propre comme au figuré, autour de la figure de Guidon : un saint qui vécut aux alentours de l’an 1000 et que les habitants d’Anderlecht vénéraient - avec processions et kermesses - comme saint patron des commerçants, des marchands de bestiaux, des paysans, des domestiques, des sacristains, des carillonneurs, des pèlerins et des transporteurs de marchandises. Guidon était un fils de paysans brabançons qui a d’abord été sacristain à la chapelle Notre-Dame de Laeken. Plus tard, il devint marchand. Il entreprit un pèlerinage à Jérusalem et à Rome; mais revint très malade de ce dangereux voyage. Il décède de dysenterie le 12 septembre 1012 à Anderlecht et cent ans plus tard, l’église où il a été enterré est devenue un lieu de pèlerinage pour tous les paysans de la région. Aujourd’hui encore, le 12 septembre est un jour de fête à Anderlecht.

FRANCS ET ROMAINS

Le paysage anderlechtois est très varié. La commune s’étend des abords très urbanisés et très peuplés de la capitale jusqu’aux spacieux espaces verts du Pajottenland. Anderlecht est également une très ancienne cité : les noms tels que « Allée de la villa romaine » renvoient aux activités économiques les plus précoces. Au 19ème siècle, un archéologue a découvert que des habitants du centre avaient sur leur cheminée des sculptures d’origine mérovingienne. Au Moyen Âge, le village a connu la renommée grâce au tombeau de Saint-Guidon et à la présence d’une communauté de chanoines très dynamique culturellement. Aujourd’hui, la commune compte plus de 115.000 habitants, dont une grande partie d’origine allochtone.

UN AMOUR DE CLUB

Le célèbre club de football d’Anderlecht a été fondé en 1909, mais il aura encore fallu longtemps pour que les « Mauve et Blanc » deviennent le n°1 incontestable du football belge. Ce n’est qu’en 1936 que le club conquiert une place permanente au sommet. Un des joueurs répondait alors au nom de Constant Vanden Stock; et aujourd’hui, le stade porte son nom. En 1942, le Sporting d’Anderlecht achète au Tubantia Borgerhout l’attaquant Jef Mermans, pour un montant record de 125.000 francs belges. Un transfert en or, car Mermans est devenu un véritable chasseur de buts. Dans les années ‘70 et ‘80, Anderlecht se fait un nom dans le football international sous la direction de l’entraîneur Raymond Goethals. Les Mauve et Blanc ont déjà remporté 33 fois le titre national et ont été trois fois vainqueurs de la Coupe d’Europe ; aucun club belge n’a jamais fait mieux. Le parc Astrid, situé à un jet de pierre du centre historique d’Anderlecht, a toujours été - jusqu’à présent - le lieu de résidence du club et pendant les matchs, les cafés qui bordent le stade sont bondés de supporters.

TOUS DES ANDERLECHTOIS

De toutes les communes de la Région bruxelloise, la population d’Anderlecht a connu la plus forte croissance avec 11.000 nouveaux habitants de 2010 à 2015. Ceci n’est pas dû uniquement à un taux de natalité élevé (la population d’Anderlecht est en e et assez jeune : 25% sont âgés de moins de 17 ans). C’est également dû au fait qu’à Anderlecht, les prix des maisons et des loyers sont relativement bon marché comparés à d’autres communes, principalement dans les zones plus riches de l’est et du sud de Bruxelles. Les jeunes couples qui sont à la recherche d’un logement opteront donc plus pour une commune comme Anderlecht, plutôt qu’Uccle ou Watermael-Boitsfort. Si Anderlecht veut absorber ce boom démographique de manière appropriée, elle doit construire des crèches et des écoles.

La population d’Anderlecht est également plutôt multiculturelle. 70% des anderlechtois sont de nationalité belge ; et beaucoup d’entre eux sont d’origine allochtone dont notamment 15% du Maroc, 14% de Roumanie, 9% d’Italie et 7% de Pologne.
Point de départ du parcours : SAINT-GUIDON MÉTRO LIGNE 5