MIXITY Walk : Le Quartier Européen

Bruxelles envisage de créer un parcours attrayant de mobilité douce du centre de la ville vers les institutions européennes et le Parc du Cinquantenaire. Cette promenade unique vous guidera à travers de nombreux lieux inattendus.

DE PAYSANS À L’ÉLITE 

Jusqu’à la première moitié du 19e e siècle encore, le quartier Léopold, c’est la pleine campagne, une véritable image d’Épinal : paysage de champs, prairies, marais, étangs, fermettes et maisons de campagne. L’urbanisation de la zone débute en 1839 avec l’aménagement d’un quartier prestigieux par-delà les murailles séculaires qui venaient d’être détruites. Entre la rue de la Loi et la rue du Luxembourg s’érige alors ce que nous appelons aujourd’hui le quartier européen. La fine fleur de Bruxelles vient s’installer dans ce quartier monumental et moderne, construit en damier et constellé de larges rues, de grandes parcelles, de parcs et de places. La situation est parfaite : au calme, loin de la rumeur et de la foule, mais tout à la fois proche du coeur politique et financier de la ville. Au cours des décennies qui suivent, Bruxelles connaît une expansion exponentielle et le quartier Léopold se fond graduellement dans un tissu urbain plus vaste.

LES MAISONS DE MAÎTRE SE MUENT EN BUREAUX

Après la Première Guerre mondiale, les habitants de la première heure quittent leurs grandes maisons de maître au profit de majestueuses villas. Les anciennes habitations se muent alors en bureaux ou sont transformées : c’est ainsi qu’un grand quartier de bureaux voit le jour. En 1957, sept pays instituent la Communauté Economique Européenne, précurseur de l’Union européenne et ils élèvent provisoirement Bruxelles au rang de capitale de l’Europe. Dans les décennies qui suivent, le gouvernement belge met tout en oeuvre pour légitimer ce choix, et le quartier Léopold assume à la perfection le rôle de centre politique. Et quand bien même Bruxelles n’est pas encore o ciellement la capitale de l’Europe, le quartier Léopold et les quartiers avoisinants endossent pourtant déjà le nom de quartier européen.

OÙ SE SITUE LE QUARTIER EUROPÉEN ?

Le quartier européen couvre les quartiers regroupant la majeure partie des institutions européennes, sur le territoire des communes d’Ixelles, d’Etterbeek et de la Ville de Bruxelles. La quête et la construction de nouveaux complexes de bureaux destinés à accueillir l’Europe qui s’élargit sont aujourd’hui encore source de tensions dans le quartier. Les habitants tiennent en e et à conserver un cadre de vie agréable. Dès lors, la Région bruxelloise s’attelle, de concert avec la Commission européenne, à l’élaboration d’un plan directeur qui vise à améliorer les conditions de vie et d’habitat du quartier – notamment en ouvrant davantage l’espace public aux piétons, en renforçant la fonction résidentielle et l’héritage culturel et en concentrant les espaces de bureaux.

CREUSET INTERNATIONAL

Le quartier revêt une forte dimension internationale. Les quelque 50.000 personnes qui travaillent pour une institution européenne proviennent des 28 Etats membres de l’UE. En outre, les entreprises, organisations et ambassades qui collaborent directement ou indirectement avec les institutions européennes emploient à leur tour un nombre au moins égal de personnes issues d’horizons plus divers encore. On estime à 20.000 au moins le nombre des seuls lobbyistes. Pendant la semaine, le quartier accueille les groupes qui visitent le Parlement ou l’une des autres institutions européennes, tandis que le week-end, ce sont les touristes qui arpentent les rues et sites du quartier. L’euranglais est la langue la plus parlée dans le quartier européen, variante simplifiée de l’anglais, qui est parlée par les fonctionnaires européens et leurs stagiaires. Mais pour qui se promène dans le quartier, il su t de tendre quelque peu l’oreille pour épingler des fragments de conversation dans de multiples autres langues européennes. Petit jeu amusant : devinez quelle langue vous entendez !

LE TRAVAIL, MAIS PAS QUE

Ces dernières années, la construction d’habitations y va bon train après une longue période placée principalement sous le signe des immeubles à bureaux. Aujourd’hui, les gens y habitent, y font leur shopping et s’y détendent. La grande di érence par rapport au quartier bruxellois moyen, c’est le caractère international plus marqué de l’o re de cafés, bars, restaurants, instances culturelles et magasins dans le quartier européen.

SUR LES BERGES DU MAELBEEK

Si vous vous dirigez à pied du centre-ville vers le parc du Cinquantenaire, vous vous retrouvez à un moment donné dans un creux avant de faire face à une forte montée. Au niveau le plus bas de ce creux, c’est le Maelbeek qui coule sous le bitume. Il prend sa source, toujours visible, dans le parc de l’abbaye de la Cambre avant de s’engouffrer d’emblée sous terre le long d’un parcours en direction du nord et aller se jeter dans la Senne à Schaerbeek. Outre un relief accidenté et vallonné, le Maelbeek a laissé une autre trace notable dans le quartier européen : l’étang du parc Léopold.

MULTIMODAL

L’automobile est aujourd’hui encore la reine du quartier européen. Le nouveau circuit pédestre qui relie le centre de Bruxelles depuis le parc de Bruxelles jusqu’au parc du Cinquantenaire témoigne d’une première tentative de brider cette domination. Le plan directeur prône lui aussi des mesures visant à réduire progressivement le trafic automobile pour mieux accueillir le piéton. Bien entendu, les alternatives ne manquent pas pour se déplacer sans voiture au coeur du quartier européen. À pied, à « villo », en train, bus ou métro : il n’y a que l’embarras du choix ! Les noeuds multimodaux se situent à la gare Schuman (train, bus et métro), la gare du Luxembourg (train et bus) et la station de métro Arts-Loi.
POINT DE DÉPART :  TRÔNE (MÉTRO LIGNE 2, 6 )