Architec-Tonic

459429

09/11/2018 - 09/12/2018

Il contenuto non è disponibile in Italiano, perciò viene mostrato in un'altra lingua.

La galerie Macadam a le plaisir de mettre à l'honneur pour la seconde fois le travail de l'artiste belge Obêtre à travers l'exposition "Architec-Tonic".

Après une invitation de la ville de Bruxelles dans le cadre du Parcours Street Art à la faveur du Festival Detours cette année (Les oeuvres et interventions urbaines d'Obêtre sont visibles à la Centrale for Contemporary Art ainsi que rue de Flandre), l'artiste poursuit sa réflexion à la galerie Macadam autour du volume, de la matière et de l'architecture.

L'exposition "Architec-Tonic", sera également ponctuée des œuvres de FSTN, Daniel Mirchev et Studio Roda.

Le catalogue numérique des oeuvres de l'exposition "Architec-Tonic" sera disponible dès ce weekend! Inscrivez-vous ici afin de le recevoir dans votre boite email : info@macadamgallery.com


"ARCHITEC-TONIC"

"Dans le processus de création des "Graffitectures", l’écriture-graffiti se mêle à l’architecture, pour offrir des approches sculpturales et esthétiques transculturelles.

En explorant les multitudes de possibilités d’agencement structurel des écritures sino-japonaises – idéogramme – de nouvelles dynamiques volumineuses - en 3D - émergent.
Cette plongée dans l’univers des traces écrites japonaises témoigne d’une nouvelle forme de « japonisme » - néo-japonisme -, la dernière datant de l’époque impressionniste.

Cette approche s’inspire des arts traditionnels tel que l’estampe pour le concept de série ou de paysage, mais on y retrouve des élans propres aux architectures contemporaines uniques des plus extravagantes.

Si le bois, et à fortiori le bois brulé, est source de contemplation selon la philosophie du wabi-sabi, au même titre qu’à l’arte povera, ici, elle est réalisée au laser.
Si dans chaque trait d’un idéogramme l’écrivain affirme son caractère – son humanité- ici, ils sont éléments préfabriqués issus de machine robotisée.

Si le futurisme a développé la vitesse et la répétition, donnant lieu aux architectures organiques modernistes, on retrouve ici des agencements de type vernaculaire et plus spécifiquement shintoïste.
Ici, toute tradition, toute culture, tout concept est confronté à sa critique ; d’où la grande ambivalence qui sous tend ces créations.
D’ailleurs a t’on vraiment déjà vu un graffiti dans une galerie ?

Ce travail transculturel explore et mêle les concepts et les approches esthétiques.
Si Christian Dotremont déforme les lettres, brouille l’écriture, si Parole délite les mots en illustres fioritures, le travail ici présent déstructure des canons architecturaux et scripturaux en abstractions faîtes de libres pensées pour libres penseurs…"

Plus d'info :
macadamgallery@gmail.com
www.macadamgallery.com

Informazioni pratiche