Hamlet

469141

21/03/2019 - 13/04/2019

Hamlet

Il contenuto non è disponibile in Italiano, perciò viene mostrato in un'altra lingua.

"Toone be or not Toone be ?"

Lors de l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché Commun
(maintenant Union européenne), Toone VII introduit dans le répertoire
des poechenelle (marionnettes) bruxelloises “La Tragédie de Hamlet, prince de Danemark”, du célèbre dramaturge anglais William Shakespeare.
Avec “Macbeth”, “Othello” et “Roméo et Juliette”, “Hamlet” fait partie
des oeuvres du grand William jouées à l’impasse Schuddeveld.
Il s’agit bien sûr d’une parodie du drame de Hamlet par les auteurs
fétiches de Toone VII : Arthur et Elisabeth Fauquez
dans les décors de Raymond Goffin.
Tiré d’une légende, le drame en cinq actes de l’auteur
du théâtre élisabéthain est ramené en deux parties dans sa version bruxelloise.
Apparu sur les remparts du château d’Elseneur au Danemark, le “spuuk”
(le spectre) de Hamlet-le-Vieux apprend à son fils Hamlet, qu’il a péri
assassiné par son oncle Claudius. Ce dernier lui a “sprouïté” (injecté) une bombe antimouche dans l’oreille. Il a usurpé le trône.
Son forfait commis, il a épousé la veuve, la reine Gertrude, sa complice.
Le spuuk dit à son fils :
“Fiske, je grille mon pauvre derrière tout nu sur le feu du Purgatoire !”
Et le jeune Hamlet de répondre : “Poupa, je vais te venger terriblement.”
Bien que le drame se déroule à Elseneur, sombre château perdu
dans les marais profonds du Danemark, Toone, fidèle à la tradition,
plante les décors dans des lieux qui nous sont familiers
comme le port d’Ostende avec la malle Ostende-Douvres,
le cimetière d’Ixelles et la place de Brouckère.
Hamlet délaisse sa fiancée Ophélie sur cet impromptu :
“Les baîses, Ophélieke, c’est pour les comédies z’érotiques
pas pour les tragédies cornéliennes.”
Suite sur la scène.

Informazioni pratiche