[ Midis de la Poésie ] - Dante et Cavalcanti ou les rimes d’amour

451777

20/11/2018 - 20/11/2018

Il contenuto non è disponibile in Italiano, perciò viene mostrato in un'altra lingua.

À l’occasion de la publication de Purgatoire, deuxième volet de la Divine Comédie dont le premier, Enfer, a été publié en 2016, Danièle Robert propose une traversée de l’œuvre de Dante et sa mise en relation avec celle de Guido Cavalcanti : voyage aux sources de la lyrique occidentale avec deux de ses phares les plus éclatants. C’est à travers leur héritage commun, en effet, leur filiation et également leur spécificité créatrice que se dessinent les grandes lignes d’un langage poétique dont les effets se font sentir jusqu’à nos jours. Au centre de leur œuvre poétique, « l’Amour qui meut le Soleil et les étoiles » (dernier vers du Paradis).

Danièle Robert
Écrivain et traductrice, Danièle Robert a obtenu le Prix “Laure-Bataillon” classique 2003 pour la traduction des Écrits érotiques d’Ovide (Actes Sud, coll. “Thesaurus”) dont elle a également traduit, toujours pour Actes Sud, Les Métamorphoses et Lettres d’amour, lettres d’exil (Prix de traduction 2007 de l’Académie française). Elle a obtenu le Prix Nelly-Sachs 2012 pour la traduction et l’édition critique de Rime de Guido Cavalcanti (éditions vagabonde). Elle est la traductrice de l’œuvre poétique de Paul Auster (Disparitions, Actes Sud, 2004) et, entre autres, l’auteur d’un essai sur Billie Holiday, Les Chants de l’aube de Lady Day (Le temps qu’il fait, 1993). Un dossier du Cahier critique de poésie (CCP n° 33) a été consacré à l’ensemble de son travail en 2017 à l’occasion de la parution d’Enfer, premier volume de sa traduction de La Divine Comédie dont le deuxième, Purgatoire, vient de paraître chez Actes Sud.

Soufian EL BOUBSI
Formé à l'Insas, dont il est diplômé en 2000, Soufian El Boubsi multiplie depuis les expériences différentes.
En tant qu’acteur, il travaille avec des metteurs en scène comme Myriam Saduis, Isabelle Pousseur, Frédéric Dussenne, Jasmina Douieb, Selma Alaoui ou encore Christine Delmotte et ce sur des matériaux très variés, entre auteurs classiques, d’Aristophane (La Paix) à Tchekov (L’homme des bois), et auteurs contemporains : Stanislas Cotton (Le sourire de Sagamore), Thierry Debroux (Le jour de la colère) ou Alan Ball (Tout ce que je serai).
En parallèle, il se forme à d'autres techniques comme l'art du conte avec Hamadi ou le théâtre-forum avec le Théâtre du Public (Le noir quart d’heure, Terres promises,…).
En tant qu’auteur, il signe notamment Un monde presque parfait, prix de la ministre de l'enseignement supérieur au festival de Huy 2007, ou encore L’Insoumise ou Scarlet O’Hara au pied de terril nommé aux prix de la critique 2010 dans la catégorie seul en scène.
Il signe également plusieurs mises en scène dont celle de Papa est en voyage, de et par Hamadi, prix de la critique 2009 dans la catégorie seul en scène et celle, toujours avec Hamadi, de Sans ailes et sans racines, coup de cœur de la presse du festival Off d’Avignon 2009.
En 2013 il est nommé aux prix de la critique dans la catégorie meilleur acteur pour ses interprétations dans Le mouton et la baleine d’Ahmed Ghazali et Tout ce que je serai d'Alan Ball.
En 2015, il est nommé aux prix de la critique dans la catégorie meilleur auteur pour Ils tentèrent de fuir, libre adaptation de Les choses de George Pérec.
Outre la scène, il est à signaler qu'il participe aussi à plusieurs courts et long-métrages pour le cinéma et la télévision.

Informazioni pratiche