Nul ne guérit de Jean Ferrat

481240

13/03/2020 - 22/03/2020

Il contenuto non è disponibile in Italiano, perciò viene mostrato in un'altra lingua.

10 ans après sa mort
Nul ne guérit de Jean Ferrat



Révolte, tendresse et humour
Spectacle concert de José Perez

En parcourant les textes de Ferrat, José Perez s'amuse, rit et joue des scènes improbables et insoupçonnées.
On retrouve une scène de soûlographie monumentale au cours d'un enterrement,
on surprend des curés qui vont aux putes et qui militent pour le mariage des soutanes, on chante avec les gouines que sont nos deux jolies voisines,
on joue aux boules avec ce sacré Félicien, on murmure une berceuse pour un petit loupiot, on fait la fête avec un Jésus faisant l'amour parmi les fleurs.
A la comédie, se mêle temps de l'amour. Aimer à perdre la raison ou que serais-je sans toi. Avec sa môme, comme avec deux enfants au soleil.
Et Ferrat croise le regard d'Aragon en affirmant qu'est heureux celui qui meurt d'aimer. Parce que l'amour est cerise toujours en cherchant l'adresse du bonheur ou en célébrant les demoiselles de magasin qui font grève avec entrain.
La tendresse surgit encore avec Mon vieux (oui, une chanson de Ferrat). Mais la femme pour Ferrat c'est aussi celle qui est l'avenir de l'homme,
même si elle ne voit pas le temps passer et même si en l'embrassant il a cette douce impression que c'est toujours la première fois.
José Perez joue avec toutes ces chansons et écrit ses propres textes, ses propres mots pour conduire le spectateur vers des chemins perdus d'ardentes déraisons,
car, on le sait, une femme honnête n'a pas de plaisir.
Et alors rugissent des chants de combats : Nuit et Brouillard.
Ne pas oublier, ne jamais oublier le bruit des bottes, comme le disait ce pauvre Boris
Et survient ce mot terrible à dire : camarade, dans la noirceur des chars dans Prague, l'occasion de dresser le bilan de ce socialisme qui était une caricature.
Mais c'est peu de mots pour célébrer le joli temps des cerises avec la Commune. La révolte et la colère de Potemkine ou de Robert-Le-Diable, un jour, un jour.
Et l'on écoute le portrait merveilleux et dramatique à la fois de sa France. De plaines en forêts, de vallons en collines jusqu'à sa... Montagne.

Après Le Procès en hérésie de Garcia Lorca, Le Carré long, Guernica mi amor, Clara Campoamor, la Leçon de Lumière et La Corsaire sarde,
José Perez revient à La Clarencière avec un tour de chant inédit.

Informazioni pratiche