BUTOHOUSE + Homo Urbanus

503781

14/03/2021 - 14/03/2021

BUTOHOUSE + Homo Urbanus

Deze tekst is niet beschikbaar in het Nederlands. Daarom geven we hem weer in een andere taal.

de Ila Bêka & Louise Lemoine. BUTOHOUSE France, 2019, 34’. Vo-st français Quelque part dans la gigantesque fourmilière humaine de Tokyo, un homme résiste à la machinerie infernale de la grande métropole. Seul, pendant 15 ans, il a construit cette résistance sous la forme d'une maison. Une coquille? Une cathédrale? Une folie? Le travail de Keisuke Oka échappe à toute définition simple. Il faudrait plutôt parler d'un monde, d'un petit univers construit et pensé dans une rare liberté. Formé à la danse Butoh, mouvement chorégraphique d'avant-garde né au Japon dans les années 1960, Oka fait de l'architecture une performance. Conçu jour après jour sur le mode de l'improvisation, l'espace qui émerge lentement est une forme de méditation en mouvement. Oeuvre d’art totale, le bâtiment Arimaston est l’empreinte dans le béton de la vie d’un homme. Ce film raconte cette aventure à un moment très spécial de son histoire. Suite aux nouvelles réglementations urbaines, le bâtiment Arimaston a récemment été menacé de destruction par la ville de Tokyo pour être trop proche de la rue et des bâtiments voisins. La seule solution serait de le reculer de 10 mètres. En attendant l'issue du procés en cours, le site a dû être fermé. Comme le bâtiment, ce film est une improvisation. Beka & Lemoine ont rencontré Keisuke Oka par hasard le jour où il a choisi de construire, avant l'arrêt total du projet, les 3 dernières marches de l'escalier qui mèneront au dernier étage. ButoHouse est un film sur le béton, l'illumination, la persévérance et l'espoir.Homo Urbanus - Kyotoitus,France, 2018, 65 min  Marcher dans des villes inconnues pour recueillir des impressions, capter une vibration, rassembler des situations et des choses vues à l'angle d'une rue, à un carrefour, du haut d'un immeuble. Représenter une ville dans son présent, dans la simplicité de son quotidien. En écoutant son grondement, le son de ses profondeurs. Glisser dans son rythme. Être à l'affût, dans l’émerveillement continu dans l'imagination et la créativité que les hommes ont réussi à développer pour trouver un moyen de vivre ensemble. Se demander ce qui fait une ville, essayer de comprendre ses règles silencieuses, ses habitudes, ses imperfections, ses difficultés et sa manière unique de répondre à l'interminable question: où allons-nous? Ce projet tente de collecter quelques éléments de réponse. Ces notes visuelles, réalisées à la volée, regardent l'habitant urbain au sein de son groupe et dans sa profonde solitude, redessinant les contours de chaque ville selon une géographie sentimentale. Ce travail est un projet de recherche à long terme développé jusqu'à présent dans 7 villes différentes à travers le monde: Séoul, Bogota, Naples, Saint-Pétersbourg, Rabat, Kyoto et Tokyo. Nées comme une commande artistique de la Biennale de l'Agora de Bordeaux autour du thème des paysages en mouvement, ces vidéos plongent dans les villes dans une approche spontanée et subjective avec des moyens très modestes afin de traduire au plus près la sensation de leur nature en mouvement constant. : leur paysage humain. Présentées dans une dynamique comparative à travers le prisme d'une sélection de thèmes et d'enjeux liés à la vie quotidienne de la rue, les vidéos nous permettent de percevoir chacun de ces différents contextes urbains comme un laboratoire expérimental, local et unique répondant au même défi global de savoir comment nous vivons tous ensemble. 

Praktische info